Lue 1002 fois







Le Togo mise sur le Mobile money pour une gestion efficace des subventions agricoles

Dans un article publié sur son blog en mai dernier, le ministre des Postes et de l’Economie Numérique a annoncé la mise en place en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique d’une solution numérique pour assurer la gestion efficace des subventions de l’Etat aux agriculteurs. Dénommée AgriPME, la solution permettra aux agriculteurs de recevoir directement les subventions sur leur téléphone portable sous forme de monnaie électronique.


Selon le ministre, tous les agriculteurs vont être identifiés puis enregistrés. Une fois les agriculteurs éligibles recensés, les fonds des subventions mis à disposition par le gouvernement seront convertis en monnaie électronique par les opérateurs de téléphonie Moov Togo et Togo Cellulaire. Ces derniers vont alors créer, pour chaque agriculteur, un porte-monnaie électronique dédié, qui est rattaché à son numéro de téléphone sur lequel sera crédité le montant de sa subvention.  Une fois son compte crédité, l’agriculteur se rend chez son distributeur agréé (qui dispose également d’un porte-monnaie électronique) pour acheter ses intrants. Il règlera alors sa facture en transférant le montant de son porte-monnaie électronique vers celui du distributeur.


La solution si elle est effective, permettra non seulement de veiller à ce que les fonds puissent parvenir aux agricultures mais aussi à vérifier si réellement les fonds ont été utilisés pour acheter des intrants. « AgriPME permet de limiter le nombre d’intermédiaires, de sécuriser le processus d’attribution des subventions aux agriculteurs et d’assurer l’utilisation des subventions aux fins pour lesquelles elles sont octroyées à savoir l’achat des intrants agricoles », peut-on lire sur le blog de Cina Lawson.


En effet, l’agriculture est un secteur très important au Togo. En 2014, le secteur représentait 42% du PIB du pays d’après la Banque mondiale. AgriPME qui est appuyé par la Banque africaine de développement (BAD), va profondément contribuer à contrôler l’aide de l’Etat aux agriculteurs estimée à près de 1,5 Milliard de FCFA en leur évitant par la même occasion les frais bancaires, les pertes ou encore les détournements.


Source: Tech228