Le navigateur Opéra est disponible en téléchargement et, montre en main, son installation prend quelques secondes. L'intérêt de ce dernier, c'est que contrairement aux autres navigateurs du marché, Chrome, Mozilla Firefox, Microsoft Edge et autres, aucune extension additionnelle n'est requise pour commencer à bloquer les publicités intempestives que l'on rencontre sur le Net.


Une fois cette option activée (téléchargez ici le navigateur), le navigateur promet un surf "jusqu'à trois fois plus rapide"car forcément, vous téléchargez moins de contenus pour une même page consultée. Car les pubs, ça pèse, à force.


Opéra existe en version smartphone


Compatible Mac, Linux et Windows, Opéra est prêt à l'emploi dès son installation. Pour configurer le bloqueur de publicité, il suffira au moment de son lancement de cliquer sur "Commencer à bloquer les pubs". Dans le menu, il est possible de paramétrer quelques exceptions pour des sites qui pourraient vous intéresser (comme des sites de shopping, ou des sites dont vous acceptez la publicité car elle est ciblée pour vous, par exemple). La version spéciale smartphone existe aussi, sur App Store et Google Play Store, et elle s'appelle Opéra Mini.


Les constructeurs de smartphone commencent à comprendre que la publicité invasive n'est pas du goût des utilisateurs. Samsung a ainsi lancé un bloqueur de publicités intégré à ses terminaux. A l'instar d'Opéra, il suffit de configurer les paramètres pour utiliser les applications sans risquer d'être inondé d'offres commerciales.


Les publicités payantes bientôt remplacées par des donations ?


Toutefois, que penser des sites dont les contenus sont rémunérés par la présence de ces publicités ? Les internautes ont le droit de choisir de ne pas être inondés par elles lors de leur navigation, mais les revenus des créateurs de contenus risquent fort d'en pâtir. Rangée du côté des antipubs, mais consciente des besoins financiers des sites, la société Adblock Plus a noué un partenariat avec Flattr, une start-up suédoise spécialisée dans la donation en ligne. Une solution devrait sortir cette année, du nom de FlattrPlus. Une fois intégrée dans les pages, ladite plateforme vous propose de poursuivre votre lecture sans pub... Mais moyennant un don, en misant sur la bonne volonté des internautes. Et Flattr et Adblock Plus récoltent 10 % de commission au passage.


Cette formule d'Internet payant a déjà fait l'objet de polémiques. La solution n'est pas encore sur les rails et elle devra se confronter à un public désormais très habitué à une culture du "tout-gratuit". L'effort global est pourtant important pour assurer la survie des créateurs de contenus, médias et d'autant plus les contributeurs indépendants sur Internet. Ce système avait notamment permis à WikiLeaks de poursuivre ses activités, grâce aux dons. Un juste équilibre reste donc à trouver.